Pour une reconsidération des honoraires des mandataires judiciaires

Ce n’est pas un paradoxe, si durant les trois premiers mois de crise sanitaire en France, le nombre de défaillances d’entreprises a été en diminution sensible par rapport à la même période de 2019. Les différentes mesures d’accompagnement prises en faveur des entreprises au cours du printemps, ont permis à nombre de professionnels, spécialement aux TPE-PME, de résister aux premières conséquences économiques de la pandémie. Ces mesures toutefois ne sont que temporaires et beaucoup ne parviendront pas à rembourser les avances et les reports consentis qu’ils soient d’ordre fiscal, social, financier ou locatif. Les prévisions en matière de procédures collectives de ce fait, ne sont pas bonnes. Les plus pessimistes font état d’un franchissement prévisible de la barre annuelle des 100 000 défaillances en 2021 et 2022 pour environ 55 000 en temps « normal ». Le travail des mandataires judicaires chargés du recouvrement de l’actif de ces sociétés vouées à disparaître sera donc primordial pour éviter que d’autres professionnels, du fait des dettes impayées générées par ces défaillances, ne tombent à leur tour. Interviewé par le journal du Management, Thierry Gingembre plaide pour une reconsidération des honoraires des mandataires ce, afin de leur permettre de profiter de l’expertise des sociétés de recouvrement amiable pour gagner en efficacité dans leur mission de récupération d’actifs. L’article est consultable ici

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous accédez à une utilisation des cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookiesOk, tout accepter