Éviter les impayés grâce aux Conditions Générales de Vente (CGV) : opposabilité et supports

 

Des conditions générales de vente, ou CGV, bien rédigées permettent d’éviter les impayés. Les CGV constituent un élément clé de toute stratégie commerciale, car elles permettent de prévenir les incidents de paiement et, plus largement, de réduire les risques de litige avec les clients. Pour cela, les CGV doivent être opposables. Elles peuvent également figurer sur divers documents.

 

 

Evitez les impayés grâce à vos CGV

 

 

1.     L’opposabilité des CGV

 

Les conditions générales de vente fixent le cadre de la relation commerciale entre un professionnel et son client. Pour produire leurs effets, elles doivent être opposables à l’acheteur. Elles doivent alors remplir plusieurs conditions, et en particulier, elles doivent être :

 

  • apparentes et lisibles ;
  • apposées sur un document autonome ;
  • connues du client.

 

Sur ce dernier point, il est utile de souligner que si les CGV sont établies de manière unilatérale en amont, elles doivent obligatoirement être portées à la connaissance de l’acheteur.  L’idéal consiste à les faire signer par le client.

 

Cependant, en matière commerciale, la preuve reste libre. Dès lors, l’absence de signature par le client n’empêche pas l’opposabilité des CGV à ce dernier. Il faut cependant être en mesure d’apporter la preuve de la connaissance des conditions générales de vente par l’acheteur au moment de la négociation commerciale.

 

Aussi, l’opposabilité des CGV peut être contestée si :

 

  • certaines de leurs dispositions sont expressément contredites dans l’accord formel passé entre le fournisseur et l’acheteur ;

 

  • des contradictions apparaissent entre les CGV du vendeur et les conditions générales d’achat (CGA) de l’acheteur.

 

Dans ce dernier cas, il faut rester vigilant. Seront en principe applicables les conditions générales figurant dans le dernier document échangé, contenant l’acceptation d’une offre ou la confirmation d’une commande.

 

À noter : L’article L. 441-1 du Code de commerce prévoit que dans les relations entre professionnels, la communication des CGV est obligatoire dès lors que l’acheteur en fait la demande. 

 

L’art. L. 111-1 du Code de la consommation dispose qu’entre un professionnel et un non-professionnel, la communication des CGV relève de l’obligation générale d’information précontractuelle du consommateur.

 

 

 

2.     Les supports des CGV

 

Les conditions générales de vente doivent obligatoirement être portées à la connaissance de l’acheteur préalablement ou concomitamment à la formation de la vente. Elles peuvent figurer sur divers documents :

 

  • devis ;
  • correspondances ;
  • commandes ;
  • confirmations de commande ;
  • bons de livraison.

 

Ensuite, il est trop tard. L’opposabilité des CGV figurant uniquement sur une facture, ou à son dos, sera en principe contestable, sauf à rapporter la preuve d’un historique régulier de ventes entre le fournisseur et l’acheteur.

 

Malgré des conditions générales de vente opposables, vous êtes confronté à des impayés ? Les équipes de Saint Louis Recouvrement vous accompagnent dans le recouvrement de vos créances.

 

A découvrir également

Modes alternatifs de règlement des différends (MARD) : quelles sont les obligations du créancier ?  

Les créanciers professionnels souhaitant recouvrer des créances n’excédant pas 5 000 euros ne sont plus tenus de justifier…

Lire l'acticle

Conciliation, médiation, procédure participative : de quoi s’agit-il ?

Par une décision du 22 septembre 2022, le Conseil d’État a annulé  l’article 750-1 du Code de procédure…

Lire l'acticle

Prévenir les impayés grâce aux CGV (Conditions générales de vente)  : contenu et clauses protectrices

Des conditions générales de vente bien rédigées permettent de prévenir les impayés et, plus largement, de réduire les…

Lire l'acticle

Le droit de retrait litigieux et rachat d’une créance

Le droit de retrait litigieux représente un risque pour le créancier cessionnaire. Ce droit permet au débiteur de…

Lire l'acticle

La réforme de l’injonction de payer

L’injonction de payer est une procédure de recouvrement de créances. Introduite devant le tribunal de commerce ou le…

Lire l'acticle

Recouvrement de créances et sûretés : la simplification du cautionnement

Le recouvrement de créances ne se limite pas seulement au paiement de sa dette par le débiteur principal….

Lire l'acticle

Quelle différence entre huissier et société de recouvrement pour le recouvrement amiable ?

Le recouvrement amiable de créances soulève nombre de questions auprès des entreprises concernées. Quel professionnel solliciter ? Le…

Lire l'acticle

Comment recouvrer les impayés de l’administration ? 

Être en mesure de recouvrer les impayés de l’administration est essentiel pour les entreprises titulaires d’une créance dont…

Lire l'acticle

Créance due par une SCI : comment engager la responsabilité des associés ?

La responsabilité des associés d’une SCI est subsidiaire, indéfinie et non solidaire. À cet égard, les créanciers s’interrogent…

Lire l'acticle

Créance prescrite : quelles solutions pour la recouvrer ?

Une créance prescrite est une créance pour laquelle le délai de prescription est écoulé. Cela ne signifie pas forcément qu’il est impossible de se faire payer.

Lire l'acticle

Agir face aux impayés de Thierry Gingembre, Anne Laure Stérin

https://www.editions-dalloz.fr/agir-face-aux-impayes.html Thierry Gingembre , diplômé de la faculté de droit de Nanterre est Président de la Société Saint…

Lire l'acticle

Qu’est-ce qu’une créance impayée ? Quand recouvrer votre créance impayée ?

Qu’est-ce qu’une créance impayée ? La créance est le droit du créancier d’être payé par son débiteur. La…

Lire l'acticle