La saisie vente et le recouvrement de créances

Le principal intérêt de la procédure de saisie vente repose sur son caractère incitatif. Infructueuse dans la majorité des cas, elle constitue néanmoins un moyen de pression intéressant. Le plus souvent, le débiteur règle sa dette avant l’acte de saisie. Vous faites face à des impayés ? La saisie vente peut être une procédure utile dans le recouvrement de vos créances.

 

saisie vente et recouvrement

1.     Définition de la saisie vente

 

La saisie vente constitue l’une des voies ouvertes au créancier dans le cadre du recouvrement de créances. Cette procédure conduit à saisir les biens meubles corporels (mobilier, électroménager, livres, marchandises etc.) appartenant au débiteur et à procéder à leur vente (vente amiable ou vente aux enchères) afin de régler au créancier le montant de la dette.

 

Il faut savoir que dans la majorité des cas, la saisie vente s’avère inefficace notamment car les biens du débiteur représentent une faible valeur.

 

Il n’en reste pas moins que la saisie vente est une procédure fortement incitative dont l’intérêt réside également dans la négociation qu’elle permet de relancer avec le débiteur.

 

 

·       À noter : Il ne faut pas confondre la saisie vente avec les autres types de saisie comme la saisie conservatoire ou la saisie attribution. Pour en savoir plus sur la saisie conservatoire, consultez notre article La saisie conservatoire : une procédure pour sécuriser vos créances.

 

 

2.     Les conditions de mise en œuvre de la saisie vente 

 

Afin de mettre en œuvre de la procédure de saisie vente, plusieurs conditions doivent être remplies :

 

·      L’existence d’un titre exécutoire

 

La saisie vente nécessite l’obtention préalable d’un titre exécutoire, à savoir un acte juridique constatant l’existence d’une créance liquide et exigible, et permettant au créancier d’en obtenir le paiement en exigeant son exécution forcée (v. art. L. 111-2 du Code des procédures civiles d’exécution).

 

En pratique, vous devez être en possession d’une décision de justice ayant condamné le débiteur au paiement d’une somme supérieure au montant de 535 euros et cette décision doit avoir été préalablement signifiée au débiteur (v. art. 503 du Code de procédure civile).

 

·       Pour en savoir plus sur le titre exécutoire, consultez notre article Titre exécutoire et recouvrement de créances.

 

·      La procédure doit porter exclusivement sur des biens meubles corporels

 

La saisie vente ne concerne que les biens meubles corporels, à savoir les biens « qui peuvent se transporter d’un lieu à un autre » (v. art. 528 du Code civil) et qui ont une existence matérielle.

 

Sont donc exclus de cette procédure les biens immeubles ainsi que les biens meubles incorporels tels qu’une créance, un brevet, un droit au bail etc.

 

Attention : L’article R. 112-2 du Code des procédures civiles d’exécution dresse la liste des biens appartenant à des personnes physiques qui ne peuvent être saisis. Il s’agit des biens suivants :

– les vêtements ;

– la literie ;

– le linge de maison ;

– les objets et produits nécessaires aux soins corporels et à l’entretien des lieux ;

– les denrées alimentaires ;

– les objets de ménage nécessaires à la conservation, à la préparation et à la consommation des aliments ;

– les appareils nécessaires au chauffage ;

– la table et les chaises permettant de prendre les repas en commun ;

– un meuble pour ranger le linge et les vêtements et un autre pour ranger les objets ménagers ;

– une machine à laver le linge ;

– les livres et autres objets nécessaires à la poursuite des études ou à la formation professionnelle ;

– les objets d’enfants ;

– les souvenirs à caractère personnel ou familial ;

– les animaux d’appartement ou de garde ;

– les animaux destinés à la subsistance du saisi ainsi que les denrées nécessaires à leur élevage ;

– les instruments de travail nécessaires à l’exercice personnel de l’activité professionnelle ;

– un poste téléphonique permettant l’accès au service téléphonique fixe ou mobile.

 

 

 

3.     La procédure de saisie vente

 

Plusieurs étapes jalonnent la procédure de saisie vente :

 

  • La signification du commandement de payer aux fins de saisie vente par le commissaire de justice (ancien huissier de justice)

 

À compter de la signification du commandement de payer, votre débiteur dispose d’un délai de 8 jours pour régler son impayé. À l’issue de ce délai, le commissaire de justice pourra procéder à la saisie vente.

 

  • L’inventaire des biens meubles corporels du débiteur

 

Le commissaire de justice dresse ensuite l’inventaire des biens meubles corporels saisissables de votre débiteur. Il rédige le procès verbal de saisie vente.

 

En tant que créancier, vous pouvez avoir des doutes quant au patrimoine de votre débiteur : ses biens sont-ils saisissables ? La valeur de ses biens est-elle suffisante pour couvrir les impayés ? Afin de le savoir, demandez au commissaire de justice de vous communiquer le procès verbal de saisie vente. Vous pourrez alors évaluer la situation afin de déterminer s’il est judicieux de poursuivre la procédure.

 

·       À noter : le commissaire de justice est payé à l’acte. Afin de limiter les coûts lors du recouvrement de vos créances, il est indispensable de délimiter clairement ses pouvoirs. Les experts juridiques de Saint Louis Recouvrement vous accompagnent afin de s’assurer que les actes du commissaire de justice correspondent effectivement à vos besoins et vous éviter ainsi des coûts additionnels.
Pour en savoir sur ce sujet, consultez notre article Quelle différence entre huissier et société de recouvrement pour le recouvrement amiable ?

 

  • La vente des meubles saisis

 

Votre débiteur dispose d’un délai d’un mois à compter de l’inventaire réalisé par le commissaire de justice pour  régler sa dette ou procéder à la vente amiable de ses biens. À défaut de règlement de la dette dans ce délai, les biens de votre débiteur seront vendus aux enchères afin de procéder au recouvrement de votre créance.

 

Le plus souvent, la procédure de saisie vente n’arrive pas à son terme. À ce stade, la menace de la vente de ses biens permet de relancer la négociation avec le débiteur. La voie amiable peut alors se rouvrir pour conduire au paiement de la dette.

 

 

En tant que telle, la procédure de saisie vente est plutôt inefficace. Souvent, le produit de la vente ne suffit pas à régler les impayés (auxquels s’ajoute le coût des actes délivrés par le commissaire de justice). Elle présente néanmoins un intérêt certain dans le cadre du recouvrement de créances. Incitative, elle conduit dans la plupart des cas le débiteur à accepter la réouverture de la négociation avec le créancier. Vous êtes un professionnel et vous êtes confronté à des impayés ? Les équipes de Saint Louis Recouvrement (groupe FINREC) vous conseillent et vous accompagnent dans toutes les étapes du recouvrement de vos créances.

 

 

 

A découvrir également

La saisie conservatoire : une procédure pour sécuriser vos créances

Créanciers, la saisie conservatoire vous permet de ne pas rester inactifs face à un débiteur défaillant. Vous avez…

Lire l'acticle

L’exception d’inexécution : un mécanisme au service des créanciers

L’exception d’inexécution constitue un levier stratégique pour les créanciers. Votre cocontractant est défaillant dans le paiement de ses…

Lire l'acticle

Les pénalités de retard entre professionnels

Des pénalités de retard sont dues par votre débiteur dès lors que le délai de paiement est dépassé….

Lire l'acticle

Le jugement rendu en premier et dernier ressort

Le recouvrement de créances nécessite parfois d’engager une action en justice. Et si le montant de votre créance…

Lire l'acticle

Le référé provision : une procédure de recouvrement de créances

Vous faites face à des impayés et souhaitez recouvrer rapidement vos créances ? Parmi les procédures qui s’offrent à…

Lire l'acticle

Tout savoir sur la clause de compétence territoriale

  Entre commerçants, il est fréquent d’insérer un certain nombre de clauses particulières dans les conditions générales de…

Lire l'acticle

Jugement contradictoire, jugement réputé contradictoire et jugement par défaut

Vous êtes créancier et vous vous demandez ce que signifient les expressions jugement réputé contradictoire, jugement contradictoire et…

Lire l'acticle

Titre exécutoire et recouvrement de créances

Vous êtes créancier et souhaitez procéder au recouvrement forcé de votre créance auprès de votre débiteur ? À cette…

Lire l'acticle

Procédures collectives et contrats en cours : quelles solutions pour le créancier ?

Votre débiteur fait l’objet d’une procédure collective et vous vous demandez quel est le sort réservé à vos…

Lire l'acticle

Quelles sont les conséquences d’une procédure collective pour les créanciers ?

Procédure de sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire… Le Livre VI du Code de commerce prévoit des procédures collectives…

Lire l'acticle

Tout savoir sur la clause de réserve de propriété

Lors d’une vente, vous souhaitez vous assurer du paiement du prix par l’acheteur ? La clause de réserve de…

Lire l'acticle

Les modalités de notification des décisions de justice

Vous êtes en possession d’un jugement et souhaitez recouvrer la créance qu’il reconnaît en votre faveur ? Pour cela,…

Lire l'acticle

Quelles sont les juridictions compétentes en matière de recouvrement de créances ?

Quelle juridiction saisir pour le recouvrement de vos créances ? Quel tribunal est compétent en cas d’impayé ? Saint…

Lire l'acticle

Comment prouver la validité d’un contrat électronique en B to C ?

Apporter la preuve de la validité d’un contrat électronique constitue un enjeu majeur lorsque l’on souhaite recouvrer un…

Lire l'acticle

Définition et utilité de la mise en demeure de payer

Vous êtes face à un impayé et, malgré les relances, votre débiteur n’a toujours pas réglé sa dette ?…

Lire l'acticle

Modes alternatifs de règlement des différends (MARD) : quelles sont les obligations du créancier ?  

Les créanciers professionnels souhaitant recouvrer des créances n’excédant pas 5 000 euros ne sont plus tenus de justifier…

Lire l'acticle

Conciliation, médiation, procédure participative : de quoi s’agit-il ?

Par une décision du 22 septembre 2022, le Conseil d’État a annulé  l’article 750-1 du Code de procédure…

Lire l'acticle

Éviter les impayés grâce aux Conditions Générales de Vente (CGV) : opposabilité et supports

  Des conditions générales de vente, ou CGV, bien rédigées permettent d’éviter les impayés. Les CGV constituent un…

Lire l'acticle

Quelle différence entre huissier et société de recouvrement pour le recouvrement amiable ?

Le recouvrement amiable de créances soulève nombre de questions auprès des entreprises concernées. Quel professionnel solliciter ? Le…

Lire l'acticle

Créance prescrite : quelles solutions pour la recouvrer ?

Une créance prescrite est une créance pour laquelle le délai de prescription est écoulé. Cela ne signifie pas forcément qu’il est impossible de se faire payer.

Lire l'acticle

Agir face aux impayés de Thierry Gingembre, Anne Laure Stérin

https://www.editions-dalloz.fr/agir-face-aux-impayes.html Thierry Gingembre , diplômé de la faculté de droit de Nanterre est Président de la Société Saint…

Lire l'acticle

Qu’est-ce qu’une créance impayée ? Quand recouvrer votre créance impayée ?

Qu’est-ce qu’une créance impayée ? La créance est le droit du créancier d’être payé par son débiteur. La…

Lire l'acticle