Conciliation, médiation, procédure participative : de quoi s’agit-il ?

Par une décision du 22 septembre 2022, le Conseil d’État a annulé  l’article 750-1 du Code de procédure civile issu du décret n° 2019-1333 du 11 décembre 2019. Cette disposition imposait notamment aux créanciers professionnels de justifier d’une tentative de conciliation, de médiation ou de procédure participative avant l’introduction de toute demande en justice concernant les créances n’excédant pas 5 000 euros.

L’entrée en vigueur de l’article 750-1 du Code de procédure civile, autant que son annulation récente, a fait couler beaucoup d’encre. Avant d’aborder en détail le sort réservé aux tentatives de médiation préalable obligatoires (TMPO) dans un prochain article, il est utile de revenir sur ce que sont ces modes alternatifs de règlement des différends (MARD).

  1. La conciliation
  2. La médiation
  3. La procédure participative

Conciliation, médiation ou procédure participative ?

1.     La conciliation

La conciliation est un mode amiable de règlement des litiges qui présente l’avantage d’être simple et gratuit et qui peut être déclenché par une seule des parties.

Menée par un conciliateur de justice, la procédure, si elle est menée à terme, aboutit à la signature d’un accord amiable entre le créancier et le débiteur. Cet accord peut ensuite être homologué par le juge afin de lui conférer force exécutoire.

Lorsqu’il était devenu obligatoire de recourir à une TMPO avant l’introduction de toute demande en justice portant sur le recouvrement d’une créance inférieure à 5 000 euros, la principale difficulté reposait sur le manque de conciliateurs de justice sur le territoire national pour faire face aux flux de demandes de conciliation.

Bas du formulaire

2.     La médiation

La médiation est également un mode amiable de règlement des litiges. Elle consiste à avoir recours à un tiers, rémunéré par le créancier et le débiteur, afin de les accompagner dans la résolution de leur conflit. Si elle aboutit à un accord, ce dernier peut faire l’objet d’une homologation par le juge afin de lui donner valeur de jugement.

La médiation ne constitue pourtant pas une solution adéquate dans le cas du recouvrement des petites créances. D’abord, parce que le créancier devra assumer sa part de la rémunération du médiateur, et ces frais supplémentaires s’ajoutent à la dette qu’il tente de recouvrer. Ensuite, un débiteur insolvable ou de mauvaise foi refusera tout simplement ce mode amiable de règlement des différends. Or son accord est nécessaire pour engager une médiation (et choisir le médiateur).

Attention, ne pas confondre avec la médiation de la consommation !

La médiation de la consommation ne peut pas être initiée par le professionnel. Elle repose sur l’initiative du consommateur et s’applique aux litiges nés de l’exécution d’un contrat de vente ou de prestation de services. La médiation de la consommation peut être menée uniquement par le médiateur de la consommation compétent, référencé dans la liste officielle.

3.     La procédure participative

La procédure participative constitue aussi une voie amiable de résolution d’un litige. Elle nécessite l’assistance d’un avocat et, si elle aboutit, donne lieu à la rédaction d’un accord entre le créancier et le débiteur. Cet accord pourra ensuite être homologué par le juge pour lui donner force exécutoire.

Lorsque l’article 750-1 a rendu obligatoire le recours à une TMPO avant toute saisine d’une juridiction pour obtenir le paiement d’une créance inférieure à 5 000 euros, la procédure participative n’a pas davantage séduit les créanciers. En effet, les honoraires d’avocat peuvent apparaître disproportionnés au regard des sommes en jeu, particulièrement pour les nombreux créanciers professionnels qui se trouvent régulièrement confrontés à des portefeuilles d’impayés de montant unitaire inférieur à 5000 euros.

Vous faites face à des impayés  et vous souhaitez recouvrer vos créances de manière rapide, tout en préservant vos relations commerciales et votre image de marque ? Les équipes de Saint Louis Recouvrement sont à vos côtés.

A découvrir également

Modes alternatifs de règlement des différends (MARD) : quelles sont les obligations du créancier ?  

Les créanciers professionnels souhaitant recouvrer des créances n’excédant pas 5 000 euros ne sont plus tenus de justifier…

Lire l'acticle

Prévenir les impayés grâce aux CGV (Conditions générales de vente)  : contenu et clauses protectrices

Des conditions générales de vente bien rédigées permettent de prévenir les impayés et, plus largement, de réduire les…

Lire l'acticle

Éviter les impayés grâce aux Conditions Générales de Vente (CGV) : opposabilité et supports

  Des conditions générales de vente, ou CGV, bien rédigées permettent d’éviter les impayés. Les CGV constituent un…

Lire l'acticle

Le droit de retrait litigieux et rachat d’une créance

Le droit de retrait litigieux représente un risque pour le créancier cessionnaire. Ce droit permet au débiteur de…

Lire l'acticle

La réforme de l’injonction de payer

L’injonction de payer est une procédure de recouvrement de créances. Introduite devant le tribunal de commerce ou le…

Lire l'acticle

Recouvrement de créances et sûretés : la simplification du cautionnement

Le recouvrement de créances ne se limite pas seulement au paiement de sa dette par le débiteur principal….

Lire l'acticle

Quelle différence entre huissier et société de recouvrement pour le recouvrement amiable ?

Le recouvrement amiable de créances soulève nombre de questions auprès des entreprises concernées. Quel professionnel solliciter ? Le…

Lire l'acticle

Comment recouvrer les impayés de l’administration ? 

Être en mesure de recouvrer les impayés de l’administration est essentiel pour les entreprises titulaires d’une créance dont…

Lire l'acticle

Créance due par une SCI : comment engager la responsabilité des associés ?

La responsabilité des associés d’une SCI est subsidiaire, indéfinie et non solidaire. À cet égard, les créanciers s’interrogent…

Lire l'acticle

Créance prescrite : quelles solutions pour la recouvrer ?

Une créance prescrite est une créance pour laquelle le délai de prescription est écoulé. Cela ne signifie pas forcément qu’il est impossible de se faire payer.

Lire l'acticle

Agir face aux impayés de Thierry Gingembre, Anne Laure Stérin

https://www.editions-dalloz.fr/agir-face-aux-impayes.html Thierry Gingembre , diplômé de la faculté de droit de Nanterre est Président de la Société Saint…

Lire l'acticle

Qu’est-ce qu’une créance impayée ? Quand recouvrer votre créance impayée ?

Qu’est-ce qu’une créance impayée ? La créance est le droit du créancier d’être payé par son débiteur. La…

Lire l'acticle